Pirouettes rhétoriques, concepts farfelus, inversion des rôles, travestissement des réalités, et toujours le refus de l’égalité

[Voici plus bas, la recension du livre Contre le masculinisme, écrit par le collectif Stop masculinisme et dont j’avais déjà annoncé la sortie il y a quelques semaines.  Je remercie Didier Epsztajn pour tout son travail.]

Voici un petit livre qui mériterait une très large diffusion. Bien écrit, bien argumenté, sans simplisme ni évitement de questions dérangeantes, les auteur-e-s nous proposent des analyses et des contre-arguments face aux écrits et actions des masculinistes, de ceux qui refusent l’égalité réelle entre les êtres humains. Ces masculinistes entendent défendre leurs privilèges de dominants, les privilèges des hommes, dans les rapports sociaux de sexe (système de genre, patriarcat).couv

« Le texte se découpe en quatre parties. Nous commençons par une mise en contexte, au travers de laquelle nous tentons une définition du masculinisme et retraçons l’histoire de ce mouvement en présentant ses principaux acteurs. Ensuite, nous décortiquons les thèmes favoris des masculinistes : « les pères bafoués » et « les violences subies par les hommes ». Enfin, nous abordons la question de la prétendue « crise de la masculinité ». »

Les bases politiques et théoriques des auteur-e-s sont issues du féminisme radical et matérialisme (voir par exemple : Questions Féministes 1977 1980 : réédition des 8 numéros, Editions Syllepse 2012, http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2012/08/04/un-autre-horizon-que-celui-du-sexe-biologique-comme-unique-destinee-ou-celui-de-la-resignation-a-loppression/), des apports du black feminism (voir par exemple : Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, textes choisis et présentés par Elsa Dorlin, Editions L’Harmattan 2008, http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2010/08/31/sujet-politique-du-feminisme-%E2%80%93-qui-est-ce-nous-de-nous-les-femmes/) et du féminisme dit post-colonial (voir par exemple Les Cahiers du CEDREF : Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, Coordonné par Paola Bacchetta et Jules Falquet avec Norma Alarcon, Université de Paris Diderot – Editions iXe, Paris 2011, http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/03/07/ce-nest-pas-nier-mais-affronter-les-differences-entre-femmes-qui-peut-nous-rendre-plus-fortes/

La « différence des sexes », les assignations genrées sont des constructions sociales. La bi-catégorisation masque un continuum des sexes (voir par exemple : Anne Fausto-Sterling « Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, La Découverte, Institut Émilie du Châtelet 2012,

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2012/11/26/apposer-sur-quelquun-e-letiquette-homme-ou-femme-est-une-decision-sociale/)

Les termes « homme » ou « femme » doivent donc être compris, comme des nominations unilatérales d’êtres humains socialisés, ou construits comme « homme » ou « femme ».

Dans le premier chapitre « Le masculinisme, qu’est-ce que c’est ? », les auteur-e-s analysent « cette forme aiguë ‘d’androcentrisme’ », cette mouvance réactionnaire, la contestation de la légitimité du combat des femmes contre l’oppression et pour l’égalité des droits et l’égalité réelle. La questions du divorce et des ses enjeux (pension alimentaire, garde des enfants…) est souvent au centre des actions des masculinistes.

Dans le second chapitre, « Que cache la « cause » des pères ? », les auteur-e-s analysent les arguments des « pères en lutte » contre la prétendue justice « matriarcale », en soulignant entre autre, que dans « 79% des divorces et 84% des séparations, c’est à la demande des deux parents que la résidence des enfants est fixée la plupart du temps… chez la mère ».

Tout en soulignant que « les enfants n’ont pas besoin, par nature, d’un père et d’une mère biologiques. Par contre, ils ont besoin d’amour et d’attention de la part d’adultes bienveillant-e-s », la garde alternée et la « co-parentalité » sont discutées, dont le partage des taches et le souci de ses taches. Sont aussi traités les litiges sur les pensions alimentaires, les écarts de revenus, les investissements asymétriques, l’emprise sur l’autre « avec la garde alternée, il est quasi impossible de s’extraire de l’emprise de son ex-conjoint, ou de refaire sereinement sa vie », le mythe des « nouveaux pères » et derrière les rares exceptions, les réalités de la domination masculine. Je souligne la qualité des chapitres sur le prétendu « syndrome d’aliénation parental » et les mères manipulatrices, la remise en cause des femmes à disposer de leur corps.

Dans le troisième chapitre, les auteur-e-s reviennent sur les réalités des violences « masculines » (car il s’agit très majoritairement de violences exercées par les hommes et pas d’abstraites violences « domestiques » ou conjugales »), sur les argumentaires des masculinistes autour des « Hommes battus, femmes violentes ? ». Si dans nos sociétés les rapports sociaux sont violents, si les femmes ne sont pas « par nature » non-violentes, si « la domination masculine et la culture virile produisent la croyance selon laquelle les garçons possèdent une agressivité innée et qu’il faut même les encourager à la cultiver (« c’est bon pour la confiance en soi »). Les filles, quant à elles, disposeraient d’autres « armes » telles que la douceur, la sensibilité, l’empathie… », la rhétorique des masculinistes cachent mal les réalités : « l’inégalité persistante des rapports sociaux de sexe et la prévalence des violences masculines ». Il n’y a pas de « coresponsabilité » de la violence au sein de rapports sociaux asymétriques. Et réagir contre la violence des hommes relève de l’autodéfense nécessaire.

Parmi, les violences, les auteur-e-s analysent particulièrement les viols (« le viol reste un crime sexiste »), qui ne sont pas des « accidents isolés » et dont la fonction est de consolider les hiérarchies, entre hommes et femmes, et parfois entre hommes. « environ 92% des victimes de viol sont des femmes, et 96% des personnes mises en cause sont des hommes ».

Les auteur-e-s ajoutent « il faut sans cesse rappeler l’ampleur et la banalité des violences sexuelles qui fonctionnent comme un moyen puissant de coercition et de punition des femmes, de toutes les femmes ». Les hommes n’ont pas de besoins sexuels irrépressibles, il n’existe ni trop plein de testostérone, ni de testicules prêtes à éclater. « Le viol c’est de la violence, pas de la sexualité ».

Dans le quatrième chapitre « Des hommes en crise ? » et au delà des analyses pertinentes sur les présentations des masculinistes, sur leur refus de renoncer à leurs privilèges, les auteur-e-s soulignent que « le terme même d’identité pose problème ». Et, ajoutent « nous ne croyons pas qu’en développant, contre le modèle du masculin viril, une multitude de masculinités différentes, même « positives », la hiérarchie des classes de sexe et l’oppression des femmes disparaîtront ». C’est bien, la virilité et le système de genre qu’il faut défaire.

« Après avoir été légèrement ébranlés par les critiques féministes, les hommes sont simplement en train de renouveler et réaffirmer leur position de pouvoir », ou du moins d’essayer en s’appuyant, encore et toujours, sur la naturalisation des rapports sociaux, et la négation du pouvoir et des violences systémiques qu’ils exercent sur les femmes. J’espère qu’au delà des quelques thèmes que j’ai abordé, cette note sera une incitation, un prélude à la lecture du livre et aux débats.

Voir aussi : Au-delà du personnel. Pour une transformation politique du personnel. Textes réunis par Corinne Monnet et Léo Vidal, Atelier de création libertaire 1998, http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/06/11/plutot-que-de-danser-une-valse-defensive-autour-des-questions-controversees/

Léo Thiers Vidal De « L’Ennemi principal » aux principaux ennemis. Position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination, Editions L’Harmattan 2010, et Rupture anarchiste et trahison pro-féministe : Écrits et échanges de Léo Thiers-Vidal, Editions Bambule 2013, http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/03/16/braquer-la-lampe-sur-ce-que-certains-voudraient-maintenir-dans-lombre/

John Stoltenberg : Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité, Editions syllepse 2013,

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/04/22/nous-sommes-toutes-et-tous-des-etres-humains/

Sur de récentes revendications masculinistes, voir par exemple : Geneviève ROY : http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/10/05/des-hommes-qui-resistent/,

Zéromacho : http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/02/23/des-hommes-sur-des-grues-et-alors/

Patric Jean :

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2013/09/19/lamendement-sur-la-garde-des-enfants-donne-raison-aux-peres-perches/)

Collectif Stop Masculinisme : Contre le masculinisme – guide d’autodéfense intellectuelle

Editions Bambule, Lyon 2013, 159 pages, 8 euros

Didier Epsztajn

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s