Archives du mot-clé virilité

Charles Derry : Misandrie

[Le texte suivant constitue un des chapitres du livre Oppression and Social Justice, coordonné par Julie Andrzejewski et publié en 1993]

Note : Cet article s’attache à dépeindre précisément les comportements masculins dans leurs relations aux femmes. Des propos crus et injurieux sont souvent tenus dans ces échanges. Bien que l’auteur ait essayé de limiter ce type de propos, les éliminer complètement réduirait ou brouillerait sa tentative de révéler le soutien masculin aux violences contre les femmes.

Au premier abord, il semblerait que les hommes ne se sentent pas concernés quand les femmes sont violées, battues, blessées, bousculées, frappées, giflées, cognées, mordues, fauchées, attachées, enfermées, suivies, harcelées, humiliées, mutilées, torturées, terrorisées, tuées, frappées, étranglées et matraquées à mort par leurs maris, petits-amis et ex. A première vue, c’est comme si on s’en moquait tout simplement. Mais si on regarde de plus près, on s’aperçoit que le silence ou l’apathie généralisée dont font preuve la plupart des hommes concernant la violence masculine envers les femmes n’est qu’une façade. C’est un masque qui tombe au premier soupçon de résistance des femmes. Dès la moindre suggestion que les hommes ne devraient pas attaquer ou terroriser les femmes, la fine couche de désintérêt silencieux qui protège le privilège des hommes à abuser des femmes disparait.

A la place, se déploie tout un arsenal de résistance masculine souvent assez ahurissant par son envergure, non seulement par le simple nombre de tactiques employées mais également par la sophistication avec laquelle elles sont exécutées. Ce qui semblait de prime abord être du désintérêt masculin s’avère alors être plutôt l’opposé. Les appels au secours passionnés et plein de colère lancés par les femmes se heurtent à un mur. Les hommes s’intéressent vraiment à la violence contre les femmes. Mais ils s’y intéressent d’une façon dont ils préfèrent ne pas parler. Les hommes ont intérêt à ce que la violence se produise et ils ont intérêt à ce qu’elle continue. Et franchement, ils en ont marre d’avoir à en entendre parler. Quand le sujet est abordé, les hommes se mettent en colère, peut-être pas immédiatement mais toujours à la fin, car en dernière instance ce sujet est un défi moral qui implique que nous abandonnions les privilèges qui découlent de notre position de pouvoir. Cela signifie que le sexisme doit cesser et peu d’hommes soutiendront cette idée. Le sexisme, après tout, est une bonne affaire pour les hommes.

Quand j’avais 17 ans, j’ai commencé à sérieusement me demander ce que cela signifierait si les femmes étaient vraiment mes égales. Au bout de deux minutes de réflexion j’ai atteint le cœur du problème. « J’aurais à renoncer à des trucs ». J’ai considéré cette éventualité pendant environ 30 secondes et puis j’ai décidé que « Nan, pourquoi je ferais ça ? ». En faisant ça, je décidais de continuer à adopter les attitudes, comportements et croyances culturellement acceptés chez les hommes et dans lesquelles j’avais déjà été complètement et confortablement endoctriné. Personne ne m’a vu prendre cette décision. Personne n’a questionné la justesse ou l’erreur de celle-ci. Je n’ai d’aucune manière été identifié comme criminel ou déviant. J’ai repris le cours normal de ma vie en ayant un peu plus conscience qu’il valait mieux être un gars qu’une fille. On me faisait peu de reproches. Les femmes étaient des femmes et j’étais un jeune gars cherchant d’abord un accès sous leurs jupes. (Je voulais aussi apprendre à les connaître, bien sûr. Moi je n’étais pas un « animal », après tout, contrairement à certains types que je connaissais). En gros, je me considérais comme un « type bien ».

Mais comment expliquons-nous les données suivantes ?

– La violence se produit au moins une fois dans deux tiers de l’ensemble des mariages (Roy, 1982).

– A peu près 95 % des victimes de violence domestique sont des femmes (Ministère de la Justice, 1983).

– 50 % des femmes seront battues par leur amant ou mari plus d’une fois dans leur vie (Walker, 1979).

– Des études montrent que la violence conjugale a pour conséquence davantage de blessures nécessitant un traitement médical que dans les cas de viol, les accidents de voiture et les vols avec agression cumulés (Stark & Flitcraft, 1987).

– Aux États-Unis, une femme a plus de chances d’être agressée, blessée, violée ou tuée par son compagnon que par n’importe quel autre type d’agresseur. (Browne & Williams, 1987).

– On estime qu’il y a 3 à 4 millions de femmes américaines violentées chaque année par leurs maris ou conjoints (Stark et al, 1981).

– Entre 21 et 30 % des étudiantes déclarent des violences de la part de leur petits amis (Wolf, 1991).

– Aux États-Unis, on estime qu’une femme est violée toutes les 1,3 minutes. 75 % des victimes de viol connaissent leur agresseur (Centre national des victimes et Centre de recherche et de traitement des victimes de crime, 1992).

– Dans une étude, entre 25 et 60 % des étudiants hommes ont reconnu qu’ils violeraient probablement une femme s’ils pouvaient s’en tirer sans conséquence (Russell, 1988).

Qui agresse ces femmes ? Elles sont agressées par des millions d’hommes qui se considèrent toujours comme des « types bien ». Ce sont des pères et des grands-pères, des patrons et des collègues, des prêtres et des curés, des amis et des connaissances, des juges et des députés, des maris et des petits amis. Ce sont des hommes qui connaissent les femmes qu’ils agressent. Alors que 75% des femmes sexuellement agressées connaissent leur agresseur, 100% des victimes d’agressions domestiques connaissent le leur. Si tous les « types bien » se sortaient de leur canapé et faisaient quelque chose pour faire cesser leur violence et celle des autres hommes, la violence masculine s’arrêterait. Le sexisme vacillerait puis s’effondrerait, un peu comme le bloc soviétique s’est effondré au début des années 90 quand ils ont cessé d’écraser leur population avec des tanks. Si tous les hommes qui battent et violent actuellement des femmes arrêtaient, est-ce que tous les hommes qui jusqu’alors n’avaient pas été violents commenceraient à l’être pour maintenir le sexisme et laisser intact le pouvoir masculin avec tous ses privilèges ? Lire la suite

LES FEMMES AU SERVICE DU SPORTIF par Frederic Baillette

[Le texte qui suit est tiré de l’ouvrage sorti en 1999 Sport & Virilisme. Il est certes très ancré dans le contexte de l’époque (d’après Coupe du Monde de 1998) ; il viendra je l’espère donner quelques billes sur les enjeux en cours pour 2018 et inciter à une réactualisation de la critique , avec en tête aussi ceci…   pour info, ce blog peut accueillir des textes de lecteur-ice-s]

La récente Coupe du Monde de football, la victoire providentielle de l’équipe de France et les logorrhées d’euphorie[1] qui suivirent, ont permis à une panoplie de journalistes, de commentateurs (pas tous très sportifs) et d’intellectuels (ravis de rabattre le caquet aux « critiqueurs ») de faire avaler quelques couleuvres idéologiques à une population en état de lévitation footballistique et de nirvana nationaliste. Les deux plus dodues de ces entourloupes furent : d’une part, la déculottée donnée aux idées xénophobes à travers l’éclosion, qualifiée tout à trac de spontanée, d’un grand rassemblement festif Black-Blanc-Beur[2] ; d’autre part, « l’intérêt inattendu » des femmes pour un spectacle qu’elles étaient jusqu’alors supposées abhorrer. Le deuxième sexe était censé se détourner d’un exercice originellement masculin, d’une passion étrangère à ses préoccupations, faute d’en avoir réellement compris la philosophie, et d’avoir su en saisir toutes les finesses tactiques, les arguties techniques et la dimension hautement artistique. La Coupe du Monde, la retransmission de tous ses matchs, leur décorticage, leur dramatisation et leur esthétisation télévisuelles auraient agi comme une efficace et salutaire leçon de choses. C’est la didactique du football qui aurait fait sortir les femmes de leur proverbiale inculture sportive !

Peu de sociologues assermentés ou d’intellectuels brevetés, se sont interrogés sur le bien-fondé de cette soi-disant spontanéité, la réalité de ces subites conversions. Surfant délicieusement sur la déferlante furibarde qui suivit la victoire de la France, ils ont repris benoîtement à leur compte les poncifs rebattus ad nauseum par la presse, ou, tout au moins, se sont gardés de pointer – à défaut d’analyser et de dénoncer –, leurs limites, leur naïveté (intéressée) et leur fausseté. Certains penseurs-philosophes ont même servi l’idéologie sportive à grosses louches. Sans nous étendre ici, nous noterons que la spontanéité avait été bien préparée, l’éjaculation pyrotechnique finale progressivement amenée, et que le brassage social, que certains qualifièrent sans ambages de multiethnique, auquel elle a donné lieu, ne prouve en rien que les ressorts du racisme n’ont pas été réactivés durant cette magnifique Coupe du Monde. Quant à la participation providentielle (d’une partie) des femmes, elle s’est réalisée sans déranger, ni déroger au machisme et au sexisme qui structurent le sport de compétition et son spectacle. Elle les a plutôt confortés en mettant les femmes à leur place : dans les gradins, pour y acclamer leurs héros-soldats et mirer leurs prouesses[3]. On peut même dire que cette guerre en crampons a eu un effet antiféministe, en remettant chaque sexe à sa place, tout en rappelant leur hiérarchisation. Les hommes (représentés par des commandos d’élite) sont montés au front, tandis que les femmes admiraient les combats et tombaient sous les charmes des vainqueurs. Ainsi que l’observe Michelle Perrot, à propos de la Grande Guerre, les sexes ont été mobilisés dans « une stricte et traditionnelle subordination » [4]. Lire la suite