Archives du mot-clé proféministe

Interview du Fou allié par Francine Sporenda : « Comment devenir un allié féministe »

mecspl

Les alliés du féminisme suscitent autant d’espoir et que de méfiance chez les féministes, le Fou allié s’explique

FS : Les alliés du féminisme ont assez mauvaise réputation dans le mouvement féministe. Pourquoi selon vous ?

FA : Je pense que les stéréotypes sexistes de genres appliqués aux hommes créent des individus sûrs de leur légitimité et de l’importance de leurs croyances ou de leurs avis. En groupe, cela nous donne une sensation de toute-puissance, sans doute légitimée par l’hyper représentation masculine des hommes dans tous les domaines de la société. Quel que soit notre champ de compétence, nous avons tendance à donner notre avis sur n’importe quel sujet. Je pense que dans le féminisme, nous nous comportons exactement de la même façon. Si on ajoute à cela les violences des hommes subies par les femmes, point central de leurs luttes, je comprends aisément que notre présence ne soit pas appréciée.

FS : Les féministes ont observé que certains alliés s’engagent dans des mouvements féministes mixtes pour des raisons qui ont peu à voir avec le soutien au féminisme. Qu’est-ce que viennent chercher ces hommes dans ces mouvements, pourquoi veulent-ils absolument y entrer ?

FA : Je pense que beaucoup d’hommes, de façon générale, ont du mal à accepter que certains domaines ne les concernent pas, et que les femmes puissent avancer sans eux. J’imagine qu’il y a une forme d’égocentrisme très forte là-dedans, voire une forme de manipulation et de violence à vouloir à tout prix d’essayer d’infiltrer ces milieux-là. J’avoue le voir d’un œil très négatif, c’est une démarche presque perverse, je vois ça comme une volonté de reprendre le pouvoir, les mouvements féministes représentent pour eux une sorte de défi, je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire…

FS : Je vois très bien ce que vous voulez dire : ils n’acceptent pas un « non » féminin, que des femmes leur disent : « vous n’avez pas le droit d’entrer », pour eux, c’est intolérable…

FA : Ils n’acceptent pas, c’est ça, cette impression qu’on les dépossède de leur pouvoir légitime à donner leur avis dans tous les domaines, y compris le féminisme, j’y vois une forme d’ego, voire de violence.  

FS : Etes-vous pour ou contre les mouvements féministes non-mixtes, et pourquoi ? Quels sont les problèmes que pose la présence d’hommes dans les groupes féministes ?

FA : La non-mixité me semble absolument essentielle sur les questions féministes. Un espace sain, sans agresseur potentiel, rassemblant des personnes qui ont un vécu commun en ce qui concerne les violences masculines, je pense qu’il faut le respecter absolument. Je suis persuadé que la présence des hommes engendre automatiquement une modification des comportements des femmes, de défense. S’en apercevoir, ne pas le prendre à cœur et le respecter paraît être la moindre des choses.

FS : Mais est-ce qu’il y a aussi une place, un rôle à jouer pour les mouvements mixtes, à côté des mouvements non-mixtes, et lequel ?

Lire la suite

John Stoltenberg : Le pourquoi de l’oppression

Voici un récit à propos du pire récit jamais raconté.

C’est celui que l’on vous raconte s’il a été décidé à votre naissance que vous deviez grandir pour devenir un vrai garçon et, un jour, un vrai homme. Cette décision a été prise à la va vite, après une simple inspection visuelle de votre entre-jambes de nouveau-né. Et personne ne vous a demandé votre avis puisque vous veniez tout juste de naître. Pourtant, cette décision allait déterminer une grande partie de votre vie, peut-être même sa plus grande partie.

Vous connaissez tous ce récit : d’abord être un vrai garçon pour ensuite devenir un vrai homme.

Si vous faites partie de ceux à qui on a raconté ce récit, non seulement on vous l’a raconté, mais on vous a appris à le raconter aux autres pour que vous puissiez vous le raconter à vous-même. Si vous avez bien appris le récit, vous devrez le raconter aux autres et à vous-même, incessamment, pour le reste de votre vie. Et ce récit n’est pas seulement le vôtre. Il est raconté presque partout, presque tout le temps, tout autour de vous.

J’appelle ce récit le Code Alpha.

Le Code Alpha ressemble au système d’exploitation d’un ordinateur personnel, comme un code de programmation qui traite l’information et prend des décisions selon une certaine logique. L’ordinateur est un objet bien réel, mais c’est le système d’exploitation qui lui dit comment penser. Il en est de même pour vous: vous existez dans un corps humain bien réel, mais une partie de votre fonctionnement obéit à la logique du Code Alpha :

D’abord être un vrai garçon, et ensuite un vrai homme.

Certaines personnes peuvent penser que le Code Alpha, c’est vous, que vous ne pouvez pas vous en distinguer. Mais tout comme un système d’exploitation informatique, le Code Alpha n’est pas matériel; c’est un simple programme avec une logique et un objectif particuliers. Il est en vous pour que vous craigniez de ne pas encore être un homme à part entière, pour que vous ne cessiez de tout faire pour devenir un homme, un vrai. Il est en vous pour vous terrifier à l’idée d’échouer à cette tâche.

Vous connaissez cette panique qui s’empare de vous quand un homme qui tente d’être un vrai homme vous humilie ou vous rabaisse, parce que vous n’êtes pas suffisamment un vrai homme ? Vous avez l’impression d’être comparé et vous avez peur. C’est votre Code Alpha qui se met en alerte. Il est conçu pour déclencher votre réaction de panique à tout moment où vous échouez à être le vrai homme que le Code Alpha dit que vous devez être.

Lire la suite