Archives du mot-clé militarisme

Tribune féministe : ce que nous n’acceptons plus dans le milieu militant

Cette tribune s’adresse en priorité aux femmes et aux minorités de genre. Les hommes alliés féministes peuvent nous soutenir en diffusant dans leurs réseaux. 

De l’humour sexiste nous assignant à notre genre à ces gestes imposés à nos corps, en passant par le piétinement de notre parole, la mixité est encore trop souvent, dans les espaces militants, une lutte dans la lutte. 

Aucun espace de notre vie n’est épargné par ces violences sexistes et sexuelles : dans nos familles, avec nos ami·e·s ou encore au travail, nous, les femmes y sommes confrontées. C’est épuisant. Nous le savons, aucun espace n’est vierge de rapports de pouvoirs, en particulier dans le cadre d’un système politique et économique capitaliste qui promeut la domination patriarcale. Or, minimiser ces rapports de domination ou les nier, c’est les accepter. Il est donc nécessaire d’interroger la manière dont le pouvoir est conçu et confisqué dans nos organisations politiques, syndicales ou associatives. Cette loi du plus fort que nous dénonçons dans la société, devons-nous la subir aussi dans nos organisations ? 

Lire la suite

Genre, guerre et désavantage masculin

 

Par Michael Flood et David Duriesmith, 21 juillet 2017.

Les militants masculinistes se plaignent que la guerre est la source d’un grand désavantage pour les hommes. Ils citent les taux plus élevés de conscription masculine et le nombre important de décès et blessés chez les hommes soldats comme des exemples imparables du désavantage des hommes par rapport aux femmes. Mais cette analyse est biaisée.

Oui, un grand nombre d’hommes et de garçons sont tués et blessés à la guerre. Ils sont majoritairement envoyés au combat par d’autres hommes. Les hommes plus que les femmes soutiennent les guerres. Et la masculinité traditionnelle a été primordiale dans les justifications données à la guerre. Ce sont les hommes, pas les femmes, qui ont empêché ces dernières de les rejoindre dans les postes militaires et de combat. Les féministes et les mouvements des femmes ont joué des rôles clés dans la dénonciation des guerres et du militarisme. En définitive, les conséquences globales de la guerre, du conflit et de leurs répercussions sont plus lourdes pour les femmes que les hommes.

Plus précisément :

1. Dans l’immense majorité des cas, les hommes et les garçons sont envoyés à la guerre par d’autres hommes, pas par des femmes. En particulier parce qu’une grande majorité de chefs d’États, dirigeants politiques et militaires sont des hommes.

– Alors que, statistiquement, les femmes cheffes d’États ne vont pas moins à la guerre que leurs homologues masculins, les sociétés qui ont autorisé le vote des femmes depuis deux fois plus longtemps que les autres ont cinq fois plus de chances de résoudre un désaccord international pacifiquement (Caprioli, 2000). De la même façon, les États ayant un plus petit pourcentage de femmes élues au parlement ont significativement plus de chances de résoudre les désaccords internationaux par la guerre (Caprioli, 2000) (une baisse de 5 % de la participation des femmes dans un parlement multiplie par cinq les chances qu’un État use de violence militaire pour résoudre les désaccords).

2. Plus généralement, les hommes sont des soutiens plus enthousiastes à la guerre et au militarisme que les femmes.

– Il existe une différence de genre vis à vis de la guerre : le soutien des femmes à la guerre est systématiquement plus bas que celui des hommes, tout particulièrement lorsque l’on compare la perception des femmes et des hommes pour des guerres ou des interventions militaires précises (Brooks & Valentino, 2011 ; Eichenberg, 2003, 2007 ; Wilcox, Hewitt & Allsop, 1996). Lire la suite