Francis Dupuis-Déri : Marxistes et anarchistes masculinistes

[L’extrait qui suit est tiré de l’ouvrage de Francis Dupuis-Déri La crise de la masculinité – autopsie d’un mythe tenace paru dernièrement aux éditions Remue-ménage (il sera disponible en France après l’été). Je remercie vivement l’auteur et les éditions pour leur autorisation à publier cet extrait.

Dans son ouvrage, richement documenté et illustré, l’auteur passe au crible différentes affirmations et faux raisonnements anti-féministes : l’échec scolaire des garçons, le suicide des hommes, le matriarcat, les paternités imposées, la symétrie des violences entre les sexes, etc. A l’instar de Judith A. Allen, l’auteur montre en quoi la crise de la masculinité est inexistante contrairement au discours qui l’affirme en boucle. (la-crise-de-la-masculinité pdf)

Une cartographie des mouvements masculinistes est dressée avec ses accointances avec les idéologies et rassemblements de droite et d’extrême droite.

J’ai particulièrement apprécié cette conclusion de Francis D.D. :

« [L]e féminisme appelle justement à la crise d’une société injuste et inégalitaire, et c’est ce qui dérange tant les hommes. Même s’ils ne sont pas en crise, ils font des crises quand des femmes refusent le rôle de sexe qui leur est assigné, quand elles transgressent les normes de sexe, quand elles résistent et contestent. Les hommes font des crises, car ils ne supportent pas d’être contredits et contestés, de ne pas avoir ce à quoi ils pensent avoir droit, en particulier des femmes à leur service.

Les hommes ne sont pas en crise, mais ils font des crises, réellement, au point de tuer des femmes.

En termes de justice et d’injustice, le problème aujourd’hui n’est pas que la masculinité soit en crise, mais bien qu’elle ne le soit pas encore. Cette crise qui n’est pas encore là, les femmes l’ont trop longtemps attendue, puisque nous y avons trop longtemps résisté. Il est donc temps d’arrêter de discourir sur la crise de la masculinité, et de tout faire pour quelle advienne, enfin. »

L’extrait concerne ici l’antiféminisme de quelques « figures de l’extrême gauche ». Proudhon ne se retourne pas dans sa tombe.]

Si le discours de la « crise de la masculinité » est généralement associé aux forces conservatrices ou réactionnaires, il se retrouve aussi du côté des progressistes, voire des révolutionnaires. La France est féconde en philosophes marxistes qui s’inquiètent pour l’identité masculine et qui expliquent aux féministes quelles ne doivent pas se mobiliser contre le patriarcat (qui n’existerait plus), mais plutôt faire alliance avec les hommes contre le capitalisme.

Alain Badiou est un célèbre philosophe politique et romancier d’allégeance maoïste reconnu internationalement au point qu’une revue savante lui est consacrée, The International journal of Badiou Studies (Revue internationale d’études sur Badiou). En 2013, il a pro­noncé à l’École normale supérieure de Paris une conférence intitulée « La féminité[1] ». Il a réussi l’exploit de parler de féminité pendant presque deux heures sans citer une seule femme, préférant évoquer les philosophes Platon et Emmanuel Kant, le psychanalyste Jacques Lacan, les poètes Goethe, Baudelaire, Victor Hugo et Paul Valéry ainsi que le compositeur Giuseppe Verdi. Sous prétexte de s’intéres­ser aux femmes, le célèbre marxiste poursuivait sa réflexion au sujet de « l’identité aléatoire des fils dans le monde d’aujourd’hui ». Il évo­quait avec insistance « une désorientation des fils, peut-être beau­coup plus prononcée pour les fils dans les classes populaires », ce qui se constaterait dans les écoles des quartiers populaires par l’écart « en faveur des filles, un véritable abîme ». Ces jeunes filles, selon le philo­sophe marxiste, sont des « conquérantes », « elles triomphent » et deviennent juges ou policiers. « [L]e féminisme attardé s’imagine » que le patriarcat est encore bien vivant, mais « ce n’est pas le fond du problème[2] », selon Badiou, qui s’inquiète que les filles se réalisent dans le capitalisme de consommation, sans la moindre réflexion quant à la justice ou à un autre monde possible. En conséquence, l’humanité pourrait « devenir un troupeau d’adolescents stupides dirigé par des femmes carriéristes et habiles », ce qui consisterait à «livrer le monde tel qu’il est à la puissance des femmes», le tout fondé « sur la ruine du nom du père ». Devant pareille catastrophe, le philosophe marxiste évoquait la possibilité pour les femmes d’« exter­miner tous les mâles» après avoir engrangé du sperme. Rien de moins.

Alain Badiou n’est pas seul. Jean-Claude Michéa, un philosophe critique du libéralisme qui se prétend anarchiste, a développé une thèse truffée de stéréotypes psychanalytiques sexistes et misogynes pour (ré)affirmer l’importance de l’autorité du père. La mère, selon Michéa, n’est que matière biologique qui n’évoque qu’une « forme de “jouissance” archaïque » et un « collage incestueux ». Pour s’humani­ser et « accéder au langage et à la liberté[3] », c’est-à-dire à la culture, le garçon doit s’émanciper de la domination maternelle. C’est d’ail­leurs la fonction du père, dit-il, de l’aider dans ce passage du biolo­gique au culturel, du primitif au civilisé[4]. Malheureusement, déplore Michéa, de « féroces figures maternelles[5] » dominent aujourd’hui la société, ce qui favorise le capitalisme parce que les mères élèveraient leurs enfants à devenir des consommateurs. Les mères seraient donc des alliées objectives du capitalisme, même si elles occupent moins de postes dans les hautes instances de la finance et de l’économie, qu’elles sont moins souvent à la tête des grandes fortunes et des firmes multinationales, et quelles ont moins d’argent que les hommes.

Enfin, le sociologue Michel Clouscard, autre critique virulent du libéralisme dans une perspective anticapitaliste, reprend lui aussi la thèse d’un féminisme mondain et bourgeois qui aurait transformé les femmes en consommatrices effrénées. Selon ce philosophe, le principal problème du féminisme aujourd’hui est de se mobiliser contre les hommes, plutôt que de lutter avec eux contre le libé­ralisme[6]. En somme, le féminisme est l’ennemi du socialisme et du communisme.

Fait intéressant, un polémiste réactionnaire tel Éric Zemmour, identifié en France à la droite dure, défend exactement la même thèse : « La propagande consumériste mina la culture traditionnelle du patriarcat ; les publicitaires, sociologues, psychologues s’allièrent aux femmes et aux enfants contre les pères qui contenaient leurs pul­sions consommatrices. » Il faut comprendre que les chefs de famille doivent pouvoir contrôler la consommation des femmes. Zemmour insiste aussi sur « [l]e besoin des hommes de dominer — au moins formellement — pour se rassurer sexuellement[7] ».

Chez les intellectuels marxistes ou anarchistes, ce discours jargonneux a l’apparence de l’originalité mais a surtout pour effet de victimiser les hommes et de culpabiliser les féministes et les femmes, y compris les mères. Il s’agit non seulement de miner la légitimité du féminisme, mais d’en détourner les femmes pour canaliser leurs ardeurs militantes vers la lutte anticapitaliste. Une fois de plus, un discours de crise peut provoquer des effets, des mobilisations, même s’il n’y a pas réellement de crise.

Pourtant, c’est surtout aux jeunes hommes floués économique­ment d’orienter leur colère vers le patronat et les élites politiques, plutôt que vers les femmes. Ils pourraient ainsi s’engager dans des mouvements sociaux luttant contre le néolibéralisme et l’austérité. Bonne nouvelle pour eux, d’ailleurs : il s’agit en général d’organisa­tions et de réseaux où les hommes sont majoritaires au sommet, soit à la présidence, ou comme porte-parole, ou comme membres des comités exécutifs, ou comme théoriciens adulés. Cela n’empêche pas des syndiqués de remettre en question la légitimité des Comités femmes dans les syndicats, d’exiger leur dissolution ou un change­ment de mandat qui leur permettrait de les intégrer, quand ils ne réclament pas tout simplement un Comité hommes. Cela n’empêche pas non plus des anticapitalistes de remettre en question les caucus non mixtes des camarades féministes, ou de chercher à les exclure quand elles se mobilisent pour dénoncer des agressions sexuelles perpétrées par des militants. Mais les célèbres philosophes anticapi­talistes préfèrent critiquer les féministes et les femmes plutôt que de dénoncer le sexisme dans leur propre mouvement.

 

[1] Diffusée sur YouTube: https:/www,youtube.com/watch?v=WrztvUrUoXI  (consulté en février 2018).

[2] D’ailleurs, il ne s’intéressera pas au féminisme qui ne pense qu’à la femme opprimée. Le philosophe marxiste préfète détailler quatre archétypes de la femme : séductrice, amou­reuse, domestique (mère et ménagère) et sainte (vierge sacrée). Dans cette typologie, la femme opprimée a tout simplement disparu !

[3] « Jean-Claude Michéa répond à dix questions », Gilles La belle, Éric Martin, Stéphane Vibert (dir.), Les racines de la liberté : Réflexions à partir de l’anarchisme tory, Montréal, Nota Bene, 2014, p. 383 et 388.

[4] Les propos de Michéa font ici écho au dossier « Les pères d’aujourd’hui », paru dans la revue Argument (vol. 14, n° 1,2011). Voir aussi Stéphane Kelly, « Friture sur la ligne des générations », Le Devoir, 19 novembre 2013.

[5] « Jean-Claude Michéa répond à dix questions », op. cit., p. 389.

[6] Michel Clouscard, Critique du libéralisme libertaire : généalogie de la contre-révolution, Paris, Ddga, 2005, p. 216-242.

[7] Éric Zemmour, Le suicide frattçais, op. cit., p, 31 et p. 33.

 

Publicités